Home » Afscheid huismeester in Dignahoeve » Adieu gardien à Dignahoeve

Il a fallu un certain temps, mais maintenant les images de mon adieu comme le gardien de la Digna et Zeelandiahoeve.
Un grand adieu où je me suis bien laissé aller et félicité pour tous les services rendus au cours des 16 années où j'ai été concierge là-bas.
Je ne suis pas une personne d'adieu dans le grand intérêt, mais cela m'a fait du bien. Les 5 dernières années ont été fatigantes en raison de nombreux changements dans mon travail. En tant que concierge, vous étiez proche des gens que j'aimais aussi.
En tant que gardien, vous avez fait l'avant et l'admission finale des maisons lorsque le résident (étoile) est parti. Toujours gentil vous avez été impliqué dans le processus de celui qui est parti, mais aussi vous a aidé dans toute prise de contrôle de meubles ou de tapis avec le nouveau résident (s). Donc, vous saviez qui est parti et qui est entré. Cela a été aboli après une fusion. L'observation des maisons nous a aussi été enlevée. Après la fusion, aucune clé de maison des maisons vacantes ne pouvait rester chez le concierge, ils doivent se rendre au siège social à Amsterdam. De là, un collègue est venu avec une voiture pour faire du tourisme, tandis qu'un gardien était présent.
Les éléments suivants se sont présentés, il a fallu faire beaucoup de cours et beaucoup plus de réunions. C'était impossible pour moi d'apprendre, apprendre à l'école ou suivre un cours a toujours été un problème pour moi.
Je peux en mettre beaucoup plus ici, mais alors ce sera une très longue histoire, donc je vais conclure que le coup de grâce est venu que ma critique n'était pas bonne la dernière fois!
Eh bien mon travail était plus que correct, à mon discours d'adieu mon superviseur m'a dit que j'avais des notes élevées, même huit et neuf. Mais le fait que je ne pouvais pas faire de cours et me perdais rapidement dans les réunions était beaucoup plus important pour la société de logement pour laquelle je travaillais. Quand j'ai aussi entendu dire que je devais entrer en conversation avec un psychiatre, c'était tout le coup de grâce.
J'ai commencé à regarder si je pouvais arrêter avec mon 65e, après tout, je suis assis depuis plus de 50 ans.
À ce jour je n'ai aucun regret, c'est tellement merveilleux. En raison de ce bon sentiment, je n'ai aucun ressentiment à ce qui s'est passé!
IL EST BON SO ........